A Paris, un contrôle de police, gare de Lyon. La violence au quotidien.

Lundi 2 mai, à la gare de Lyon à Paris : François Bayga est contrôlé par trois policiers. Mais il n’a pas tous ses papiers.

Il raconte : «Je leur ai dit, ils m’ont alors répondu que je n’avais rien à faire dans la gare. […] Ils m’ont demandé où j’avais eu mon téléphone, m’accusant de l’avoir volé. J’ai commencé à m’énerver, je ne comprenais pas ce qu’ils voulaient.»

«J’ai été plaqué contre le mur et tandis que je me débattais l’un des policiers me tirait la jambe. Il voulait savoir ce que j’avais sur moi, je leur ai dit plusieurs fois « ce sont des prothèses ». Ils ont insisté pour me fouiller. J’ai alors tout enlevé. Je me suis assis par terre pour leur montrer qu’ils avaient eu ce qu’ils voulaient.»

La scène est filmée et publiée sur Facebook.

Aujourd’hui la police manifeste contre les violences dont elle fait l’objet…

 

 

Publicités