Conseil de discipline à Matignon.

« Aujourd’hui, la réduction à marche forcée des déficits est une aberration économique car elle aggrave le chômage, une absurdité financière car elle rend impossible le rétablissement des comptes publics, et une sinistre politique car elle jette les Européens dans les bras des partis extrémistes qui veulent détruire l’Europe ».

Arnaud Montebourg, 21 août 2014.

La sortie des rails d’Arnaud Montebourg qui s’achève comme chacun sait marque une étape supplémentaire dans l’affirmation d’une ligne politique qui renvoie le discours du Bourget de François Hollande en 2012 à une vaste mascarade.

Le bilan est dramatique. La droite exulte. La crise s’approfondit.

La demande argumentée d’un véritable changement de cap avait été posée dès mai 2013 par le conseil fédéral d’EE-LV à la quasi-unanimité.  Il serait pour le moins étonnant que dans ces conditions un écologiste fasse partie du nouveau gouvernement.

Ici la motion du conseil fédéral adoptée le 25 mai 2013.

Publicités