« La probabilité d’impacts graves, étendus et irréversibles s’accroît avec l’intensification du réchauffement climatique » nous dit le Giec. La loi sur la transition énergétique est pour autant une nouvelle fois repoussée !

L’adoption du projet de loi sur la transition énergétique est désormais fixée « au printemps 2015 » avec un examen du texte au Parlement à partir de l’automne comme l’indique Matignon. Initialement prévue pour être adoptée en 2014, elle ne devrait l’être dans ce cas qu’à l’automne 2015.

Lors de la deuxième conférence environnementale de septembre 2013, François Hollande s’était engagé à ce que le texte gouvernemental soit « conclu d’ici la fin de l’année 2014 ». Exit cet engagement.

Étant entendu que de mois en mois on s’achemine vers l’exacerbation des ambitions présidentiellles, il est fort à parier que tout cela risque de se terminer en eau tiède voire en eau de boudin, les mauvais signes s’accumulant depuis des mois.

Que restera-t-il donc de cet élément essentiel de l’accord programmatique de gouvernement PS-EE-LV pour le quinquennat 2012-2017 ?

Et tout cela, en 2015,  au moment ou la France accueillera (au Bourget) la conférence des Nations Unies sur le réchauffement climatique !

Température

L’évolution des températures sur la période des cinquante dernières années. Une projection de cette tendance sur les 50 prochaines années a de quoi inquiéter.

Le GIEC a pourtant souligné l’urgence climatique.

Fruit de la compilation de douze mille publications scientifiques, le changement climatique a eu ces dernières décennies des impacts « sur tous les continents et dans les océans », essentiellement sur les systèmes naturels.

Dans de nombreuses régions, le changement dans les régimes de précipitations et la fonte des neiges et des glaciers ont modifié les systèmes hydrauliques,« affectant les ressources en eau en quantité et en qualité ».

Le changement climatique a également eu un impact plus « négatif » que positif sur la production alimentaire (blé et maïs). L’aire de répartition, le nombre d’individus ou les pratiques migratoires de nombreuses espèces marines et terrestres se sont modifiés.

Autant de constats qui poussent le GIEC à assombrir encore un peu plus sesperspectives sur les effets du réchauffement climatique au XXIe siècle. « La probabilité d’impacts graves, étendus et irréversibles s’accroît avec l’intensification du réchauffement climatique », avertit le GIEC.

  • Différents scénarios

Le GIEC parle de risques « élevés à très élevés » en cas de hausse moyenne des températures de 4° C par rapport à la période préindustrielle (« extinction substantielle d’espèces »« risques importants pour la sécurité alimentaire »), mais évoque des risques « considérables » dès un réchauffement de 1 à 2 °C.

Une augmentation d’environ 2 °C par rapport à la période préindustrielle pourrait entraîner une perte d’entre 0,2 et 2 % des revenus annuels mondiaux.
  • Les pays du Sud davantage exposés à l’insécurité alimentaire

« Tous les aspects de la sécurité alimentaire sont potentiellement affectés », affirme le texte, notamment l’accès aux ressources et la stabilité des prix, dans uncontexte où la demande mondiale va augmenter.

D’ici à la fin du XXIe siècle, le GIEC prévoit une baisse globale des ressources des océans, quel que soit le niveau de réchauffement. Sur terre, la production de blé, maïs et riz devrait être affectée avec une hausse locale du thermomètre de 2 °C par rapport aux niveaux de la fin du XXe siècle, « même si certaines régions pourraient en tirer bénéfice ».

La carte des zones de pêche devrait être redessinée, avec des espèces marines plus nombreuses dans les latitudes moyennes et hautes, et en baisse autour des tropiques avec « de forts taux d’extinction au niveau local ».

La situation s’aggravera, selon le GIEC, après 2050, exposant davantage les pays d’Afrique et d’Amérique du Sud.

  • Moins d’eau disponible pour l’agriculture

Le GIEC craint une réduction « significative » des eaux de surface et souterraines dans la plupart des régions subtropicales sèches, avec des impacts attendus sur la qualité de ces eaux.

Le texte évoque des risques de pénuries en Afrique, en Asie et dans le sud de l’Australie, et parle d’une pression potentiellement accrue sur les ressources disponibles en Europe (particulièrement dans le sud du continent, qui devrait êtresoumis à une chaleur plus forte) et en Amérique du Nord.

  •  Davantage de pauvreté

Le changement climatique va « ralentir la croissance économique, rendre plus difficile la réduction de la pauvreté (…) et [en] créer de nouvelles poches », notamment dans les villes, selon le rapport.

  • Plus de conflits et d’insécurité

Le GIEC table sur une augmentation des déplacements de population, et des« risques de conflit violent » avec « une aggravation des facteurs classiques que sont la pauvreté et les chocs économiques ». Risques de conflit entre Etats avec des rivalités autour de ressources plus rares, comme l’eau ou les stocks de poissons, ou de nouvelles opportunités générées par la fonte des glaces.

  • Inondations et érosion

Selon le GIEC, ces phénomènes vont de plus en plus affecter les zones côtières et les basses terres en raison de la hausse du niveau de la mer. « La population et les biens exposés vont significativement augmenter » à cause de la croissance démographique et de l’urbanisation.

Par ailleurs, la proportion de la population affectée par des crues majeures vaaugmenter. Le GIEC cite notamment les aires urbaines d’Europe, d’Asie et d’Amérique latine, où l’urbanisation massive augmente les risques d’inondations.

  • Problèmes sanitaires

Le GIEC s’attend à une augmentation des problèmes de santé dans de nombreuses régions, spécialement les pays en développement (accroissement des vagues de chaleur intense, mauvaise nutrition ou encore maladies liées à la contamination de l’eau ou de la nourriture).

Le texte évoque notamment pour l’Afrique une modification de la géographie des maladies dues aux changements du régime des pluies et des températures.

  • Des risques accrus d’extinction

Ces risques concernent « une large partie » des espèces terrestres et marines, dont de nombreuses « ne seront pas capables de se déplacer suffisamment rapidement pour trouver des climats plus adaptés » après le changement climatique.

Des écosystèmes marins cruciaux, comme ceux des pôles et les barrières de corail, sont particulièrement exposés avec l’acidification des océans. Une hausse de la mortalité des arbres pourrait survenir dans de nombreuses régions.

  • Des solutions existent

« Les risques liés au changement climatique peuvent être réduits en limitant sa vitesse et son ampleur », rappelle le GIEC, qui préconise des mesures« d’adaptation » au réchauffement attendu.

Parmi les mesures préconisées dans le rapport : l’installation de systèmes d’alerte, d’abris contre les cyclones et les inondations ; la protection des mangroves pour épargner les côtes ; améliorer le stockage d’eau et les techniques d’irrigation ; la création de nouvelles pratiques agricoles ; de meilleurs programmes de vaccination ; la création de zones protégées et l’identification de groupes vulnérables ; la diversification de l’économie.

 

Publicités