Municipales Saint-Denis. Premier tour. J moins 2. Le porte-parole du Front national réaffirme son soutien à Mathieu Hanotin

Les métaphores médicales font flores en ce moment du côté de l’extrême-droite dionysienne.

Didier Labaune indiquait récemment que « peu lui importait que le chirurgien soit socialiste pour extirper le cancer Paillard ».

Aujourd’hui il ne parle plus de cancer mais de sida pour Didier Paillard et chaude pisse pour ce qui concerne Mathieu Hanotin.

Lisons sa prose (extrait du blog de Didier Labaune en date du 20 mars) :

« Saint-Denis Municipales : Le sida ou la chaude pisse !!!

Paillard ? On en crève : l’équipe sortante, c’est le Sida…pour la ville et ses habitants !!!
Le challenger ? On n’en crèvera pas… si on se soigne bien…mais on va se gratter sérieusement les parties intimes pendant 6 ans ! »
Entre la peur d’une affection dont le remède n’est pas trouvée (le sortant-sida) et un fort désagrément (le challenger-chaude pisse) qui se soigne, pour le Front national, pour Didier Labaune, c’est tout simple : il faut voter chaude pisse.
Cancer puis sida. Ca vous remet pas en mémoire les propos de Jean-Marie Le Pen sur les sidaïques ?
Ils ont beau vouloir dédiaboliser le Front national, la bête immonde remonte toujours à la surface.
Publicités