Municipales Saint-Denis. Premier tour, J moins 10. Meeting Hanotin : dedans un show à l’américaine, dehors des enseignants et parents d’élèves en colère. Une lettre de citoyens adressée à la Garde des Sceaux et ministre de la justice qui pose un lapin à Hanotin.

Dès 18h30, aux abords de la salle de la Légion d’honneur, le dress code consistant à porter du rose commence à apparaître.

Foulard pour madame et monsieur, jupette ou polo, jusqu’à, pour une archi-convaincue ou groupie assumée, la panoplie de la tête aux pieds.

Ne manquait devant l’entrée de la salle de la Légion d’honneur que la panthère rose ! On se demande à quoi servent les conseillers en communication du députéviceprésidentduconseilgénéralcandidatàuntroisièmemandatélectif dit MMH en abrégé acronyme de MoiMathieuHanotin.

Passons sur les trois demoiselles, qui saluant, une connaissance, repartent pour Pierrefitte en s’esclaffant « On est venu pour l’écharpe » !

Passons aussi sur la déception d’une équipe télé qui s’était déplacée pour happer Christiane Taubira (actualité nationale oblige) et qui, dépitée, avait le sentiment d’avoir perdue la soirée, sans compter qu’elle avait plié la voiture.

Attardons nous un peu sur la déception de ceux qui souhaitaient, pour diverses raisons, entendre la Garde des Sceaux, ministre de la justice, belle représentante au gouvernement de la diversité qui avait courageusement affronté les manifestations de la droite et de l’extrême-droite au moment de la loi pour le mariage pour tous, tenu tête haute à l’Assemblée face à la surenchère de bêtise réactionnaire et fait front aux attaques racistes à son encontre.

L’affiche semblait belle, la communication ciblée, une distribution de tracts très appuyée en directions de nos compatriotes d’outre-mer, mais la guest star s’est, comme l’indiquait BFM TV, « décommandée à la dernière minute ».

Ce fut donc Bruno Leroux qui fit office de personnalité de premier plan, président du groupe socialiste à l’Assemblée, caporal chef d’une majorité godillot.

Stéphane Troussel en amuse-gueule, Bruno Leroux (qui est à Taubira ce qu’une équipe de CFA 2  est au FC Barcelone), en entrée, avant le plat de résistance servi sans surprise mais annoncé à grands renforts de « Mathieu, Mathieu, Mathieu », spots roses, claquement des boudins gonflables, affichettes agitées, salle de la Légion d’honneur en transes millimétrés,  avant que ne retentisse la sempiternelle entame des discours de MMH : « Mes chers amis ».

Extase !

Donc Christiane Taubira ne vint pas. Toute occupée sans doute à gérer la crise des écoutes qui, pour un temps, fait écran aux instructions en cours qui visent Nicolas Sarkozy.

Sa venue aurait déçue, interloquée et le mot est léger pour tous ceux qui ont été profondément choqués par les accusations et contre-vérités proférées par Mathieu Hanotin au sujet de l’inscription de citoyens roumains, Rroms par ailleurs, sur les listes électorales.

Le députéviceprésidentduconseilgénéralcandidatàuntroisièmemandatélectif dit MMH, MH dans la vie civile, Mathieu pour les afficionados affirme ainsi que certains habitants (qui n’en seraient pas) du terrain Voltaire (qu’il qualifie de bidonville), où il n’a jamais mis les pieds, auraient été manipulés par l’équipe du Maire pour s’inscrire sur les listes électorales et donc amenés (leur misère étant exploitée) à voter pour le maire sortant.

Énorme. Il ne vient pas à l’idée de MMH que des Rroms installés sur le territoire depuis des années fassent valoir leur droit de voter en tant que citoyens roumains. Si bien sûr, MMH est de gauche. L’important n’est pas là. Jeter la suspicion suffira à éveiller quelques réflexes propres à drainer des bulletins de vote vers MMH.

Le scandale : 150 Rroms, citoyens roumains majeurs en situation de pouvoir voter.

83 demandent leur inscription sur les listes, 81 sont validés. Ils font partie des 43 031 électeurs dionysiens.

Combien iront voter ? Qui peut le dire ?

Que vont-ils voter ? Le vote est secret et comme le disait un des habitants à la conférence de presse qui s’est tenue le mardi 11 sur le terrain Voltaire « Ici, il y a des gens de droite et des gens de gauche, comme partout ».

MMH réclame donc la radiation de 48 inscrits au nom d’un chiffre fantaisiste tiré d’une convention où il ne figure pas.

Peu de chance qu’il ne brandisse face à la presse ladite convention, à l’image de Christiane Taubira hier, geste-boulette qui révélerait son mensonge.

Peu de chance aussi qu’il fasse la démonstration que le terrain Voltaire soit un bidonville, l’État ayant peu de propension à mettre à disposition des terrains et signer des conventions pour installer des bidonvilles.

Pas plus le Conseil régional d’Ile-de-France qui a fait part de son engagement financier pour une première opération regroupant 20 familles…

Quant à la présence d’un régisseur sur le terrain, de la scolarisation suivie des enfants, du paiement des factures d’eau et d’électricité… Rien à f… Bidonville on vous dit.

Donc de cela MMH n’en a cure. L’important est de DISCRÉDITER. C’était la raison de l’indignation de ceux qui distribuaient une lettre adressée à Christiane Taubira devant l’entrée de la salle de la Légion d’honneur.

D’autres manifestants tout aussi pacifiques mais plus bruyants réclamaient des vrais moyens pour l’éducation, reprenant les mots d’ordre des manifestations de 1998 qui avaient vu réunis parents d’élèves, enseignants et élèves du 93 défiler au cris de « On veut des moyens, on n’est pas des moins que rien ».

IMG_5057

Manifestants qui ont été très vertement repoussés par le service d’ordre du meeting.

Espérons qu’à cette occasion, les militants du parti socialiste ont choisi de calmer le jeu en empruntant à destination des enseignants et parents d’élèves rassemblés la formule cher à leur mentor « Mes chers amis » plutôt que celle du député et ami de MMH, Razzy Hamadi qui lors d’un début de rixe dans la ville de Montreuil, a cru bon, au nom sans doute des valeurs de la République, éructer à pleins poumons :

« Enculé de ta race, fils de pute ».

Christiane Taubira qui était hier soir, à Montreuil , à ses côtés, a sans doute oublié ces propos.

Publicités