Ils ont des chapeaux ronds, vive la Bretagne, ils ont des bonnets rouges, vivent… les patrons ?

Un modèle productiviste se meurt. Celui qui a été imposé à la Bretagne, celui qui a été défendu becs et ongles par des générations d’élus. Un modèle qui a dispensé ses nitrates dans les nappes phréatiques et les rivières de Bretagne et assuré aux multinationales de l’eau une belle rente avec la vente d’eau minérale de Brest à Lannion, Pontivy, Vannes ou Concarneau.

Nitrates, lisier, phosphates toute l’année et algues vertes en été.

La mort d’un modèle qui produit en batterie poulets ou cochons et  les exportent à quelques milliers de kilomètres de la péninsule pour les transformer en jarret, jambon, échine et autres produits qui reprendront la route pour, via la grande distribution, finir dans les assiettes… des Bretons.

Une économie non pas circulaire mais mortifère. Une Europe en mal de règles sociales, fiscales et environnementales communes. Une Europe de la libre concurrence rejetée en 2005 mais imposée par le Traité de Lisbonne.

Dumping salarial, dumping social, dumping environnemental c’est bien de cela qu’il s’agit mais il est plus qu’illusoire de croire que chacun y a intérêt.

C’est de cela que meurt la Bretagne. C’est la peur du chômage qui jette des milliers de bretons dans les rues de Quimper, la colère de ceux qui se sentent abandonnés, trahis, ceux qui avaient fait massivement confiance à François Hollande en mai 2012 et qui bien avant fournissait au parti socialiste de très bons scores électoraux.

L’écotaxe aura servi de prétexte, d’étincelle.

Plutôt que d’annoncer l’accueil des patrons de club de foot, François Hollande aurait mieux fait d’annoncer une rencontre avec les représentants des salariés de Doux, Gad, Marine Harvest, Tilly-Sabco et autres entreprises de l’agroalimentaire.

Faute de quoi, c’est au mariage contre nature de la carpe et du lapin auquel on a assisté à Quimper. Force ouvrière prêche pour la nationalisation des entreprises et défile avec le Medef ! Et le NPA défilait à Quimper.

Patrons du Medef, licenciés, rmistes, agriculteurs désespérés, petits transporteurs, tous ensemble portés par un sentiment d’abandon qu’aiguillonne celui de fierté régionale, on n’y a pas entendu « Tous ensemble, tous ensemble  » mais « Gouvernement à la con » et « Flanby démission ».

Dans ces moments là, la confusion est à son comble et sur le terrain le résultat fait mal. Quimper-Carhaix 1-0, soit 15000 d’un côté , 3000 de l’autre.

Dans cette affaire tragique, il est certain que les propos de Jean-Luc Mélenchon, toujours friand de ses bons mots  » Les esclaves vont manifester pour les droits des patrons » feront l’effet d’une insulte et ne permettront pas de gagner ne fusse qu’une seule voix pour le Front de Gauche. Le FN  a mars 2014 en ligne de mire.

Quant aux écologistes, tout le monde aura beau jeu de leur imputer via l’écotaxe tous les malheurs du monde et ceux de la Bretagne en particulier, nitrates, marées noires, phosphates et pesticides. Les écolos à la lanterne ? Ils étaient du côté de Carhaix avec la CGT, Sud et la FSU le secrétaire national Pascal Durand ayant fait le déplacement.

Au vu de la crise et de la confusion régnante notre responsabilité est énorme mais sommes nous à la hauteur ?

Publicités