Khatchik, lycéen expulsé, Leonarda, collégienne expulsée. Le bal des hypocrites bat son plein : Laurence Parisot trouve cela « insupportable « , pour Rachida Dati :  » C’est indigne « .

Khatchik

Alors que la polémique ne cesse de s’étendre après l’expulsion de Léonarda, plusieurs centaines de lycéens parisiens se sont rassemblés mercredi 16 octobre devant le rectorat de Paris (XXe) pour protester contre les expulsions d’élèves étrangers, après celle Khatchik Kachatryan, élève au lycée Camille-Jenatzy (18e), arrêté le jour de son anniversaire, le 19 septembre.

Le lycéen, scolarisé à Paris est un sans-papiers.

Envoyé dans la foulée au centre de rétention administrative (CRA) de Vincennes, il a été expulsé samedi 12 octobre, au petit matin, vers l’Arménie. Le lycéen a été incarcéré à son arrivée et devrait être enrôlé pour effectuer son service militaire début novembre.

Ses anciens camarades de classe s’étaient donné rendez-vous ce mercredi 16 octobre, devant le rectorat de Paris (dans le XXarrondissement), pour protester contre la politique d’expulsion des élèves étrangers.

Réunis à l’appel du syndicat lycéen FIDL, du Réseau éducation sans frontières (RESF) et de la CGT Educ’action, les élèves ont bloqué l’avenue Gambetta, où se trouve le rectorat aux cris de «Valls démission»et «Libérer Khatchik».

«Le dernier lycéen parisien expulsé, ça remonte à 2006, alors que Nicolas Sarkozy était ministre de l’Intérieur. Cela avait fait suffisamment de bruit pour que ça ne se reproduise pas pendant sept ans. Et là, en 2013, sous un gouvernement de gauche, on recommence avec les mêmes attitudes…» soulignait Christine Maillard, professeur au lycée Dorian, le premier établissement de Khatchik.

Pour rafraichir la mémoire de Rachida Dati, alors ministre de la Justice et Garde des sceaux en 2007, c’est ici.

Pour ceux qui douterait encore de l’ouverture d’esprit de Laurence Parisot à l’égard des sans-papiers, c’est ici.

Publicités