11 septembre 1973. Coup d’État au Chili, qui en parle et comment ?

Silence total sur le site de la présidence de la République. Pas un mot. François Hollande est certes président de tous les Français mais un Président, issu d’un parti membre de l’Internationale socialiste, élu démocratiquement et renversé par un coup d’État, aurait pu suscité un petit mot concernant la légalité, le respect du droit. Un devoir de mémoire, un mot de fidélité. Que nenni.

Par contre vous pouvez sur le site trouver les Journées du Patrimoine et visiter l’Élysée. Et puis l’essentiel, le fondamental, le must du must : l’actualité de Valérie Trierweiler, ses entretiens avec la première Dame de Finlande, Jenni Haukio,  dont ne sera portée à notre connaissance que les photos, idem pour son entretien avec l’ancienne gourverneure générale du Canada, Michaëlle Jean.

Passionnant.

Sur le même site, le traditionnel point de presse du compte-rendu du conseil des ministres, égréné point par point. Pas un mot. Rien.

5 minutes par contre consacrés à répondre aux questions sur l’utilisation des smartphones, les consignes de sécurité données aux ministres d’utiliser leur téléphones cryptés qui paraît-il sont nuls et dont Najat Vallaud Belkacem ne donnera pas la marque pour lacher plus tard sans que quiconque ne lui fasse remarquer qu’il s’agit d’HTC, avec lequel, avoue-t-elle,  elle n’a jamais essayer de twetter !

Sur le site du parti socialiste on pouvait croire que l’honneur est sauvé. Pour l’occasion, au siège du PS, on pourra y voir comme il est dit « des photos d’époque ».

Une autre époque en somme. Pas un mot de plus.

Publicités