Contributions au débat sur la Métropole (13). Non à la mort programmée de Plaine commune

Sur injonction gouvernementale, les seuls députés socialistes ont voté en juillet (première lecture), la création de la Métropole du Grand Paris pour 2016, qui regroupera Paris et les départements limitrophes : 92, 93, 94. Elle aura en charge l’habitat, l’environnement et l’aménagement. Les intercommunalités existantes (comme Plaine commune) seront supprimées. Notre Vice-Président à l’Ecologie urbaine et Maire de L’Île-Saint-Denis, Michel Bourgain, a qualifié ce fait de : « Round Up administratif ».
Nous sommes opposés à ce projet de loi :

1- dénonçons l’absence de toute concertation-consultation avec élus et populations concernés ;

2- casserait une dynamique originale de construction métropolitaine coopérative, privant les territoires de leur singularité et de leur identité ;

3- ne permettrait pas une gestion de la quotidienneté et la mise en œuvre d’un développement durable des territoires (urbanité sobre, citoyenneté active, circuits-courts, faible empreinte écologique) ;

4- affaiblirait la représentation des villes, plus particulièrement celles de moins de 30 000 habitants : L’Île-Saint-Denis, Pierrefitte, Villetaneuse n’auraient qu’un seul représentant.

Quant à la biodiversité politique n’en parlons pas…

Sommes nous opposés à toute forme de métropolisation ? Certes non.

Mais voulons une métropolisation ascendante, qui s’élabore collectivement dans le respect des identités des territoires, permettant d’organiser une métropole composée de bassins de vie de 300 000 à 500 000 habitants (polycentrisme) afin de favoriser un cadre et une qualité de vie durables… loin de la réforme technocratique, imposée à la hussarde qui souhaite créer une super métropole au TOP 10 au niveau mondial, ajoutant au passage une nouvelle couche au millefeuille administratif : communes-départements-métropole-région.

Une autre métropolisation est possible.

Nous prendrons des initiatives et en appelons à la mobilisation de tous pour que l’Assemblée nationale n’adopte pas à l’automne cette loi préjudiciable.

Dominique Carré

Président du Groupe EELV à Plaine Commune
Conseiller communautaire
aux Transports et Déplacements

Publicités