Les écologistes et l’élection municipale.

Les désastres non soldés des années Sarkozy, les crises économiques, financières, sociales, écologiques, morales que connaissent notre pays et l’Europe, la montée ici ou là de partis xénophobes auraient dû inciter la gauche dionysienne, divisée depuis 2008, à s’unir autour d’objectifs communs dans l’intérêt de tous les dionysiens. Des débats publics concernant le quotidien et l’avenir de notre ville, auraient eu le mérite, sans rien gommer des différences, d’essayer de construire du commun.

Les différents appels au rassemblement de la gauche pour les municipales n’ont pas été entendus.

Chacun fera donc part de ses propositions dans la campagne qui s’engage. Au risque néanmoins d’accentuer ce qui divise, de restreindre à peu de questions les enjeux complexes auxquels la ville est confrontée et donc d’appauvrir le débat public au moment même où la question de la métropole se pose avec acuité.

Dans ce contexte, il est indispensable que les écologistes fassent connaître leurs propositions et s’attachent, fort de leur expérience, de leur connaissance de la ville à mener un débat de fond, loin de toute posture démagogique, en faisant la démonstration de la pertinence des réponses écologistes aux enjeux sociaux et urbains de notre ville.

Dans cette campagne nous n’avons qu’un adversaire : la droite ; et un ennemi : les idées extrêmes qui la contaminent.

Et deux immenses défis à relever : l’abstention et des solutions innovantes à construire avec les dionysiens.

Politique d’habitat diversifié. Innovation dans l’accompagnement et le soutien scolaire, la formation, l’emploi. Services publics revivifiés et à la hauteur des besoins. Espace public respecté, partagé et de qualité. Densification maîtrisée du territoire. Modes de déplacement moins polluant, moins coûteux. Lutte contre les inégalités territoriales, les pollutions, les discriminations.

Autant de sujets, de combats pour lesquels nous avons œuvrés en tant qu’élus écologistes et qu’il nous faudra amplifier tant il reste à faire pour la qualité de vie de tous à Saint-Denis.

Virginie Le Torrec, Cécile Ranguin, Michel Ribay, maire-adjoint(e)s (EELV).           

Publicités