C’est ainsi que certains hommes survivent…

Dimanche 30 juin. 9h00. Paris. Porte de la Chapelle.

Venant à vélo de Saint-Denis, j’évite la circulation sur le boulevard et me dirige à très faible allure sur le trottoir au niveau de la Poste et du Franprix.

A cet instant, un homme surgit et arrache de la main d’un autre homme quelque chose que je ne vois pas tant le geste est soudain. Un portable ?

L’agressé poursuit son attaquant sur quelques mètres puis renonce.

Son voleur, dont je croise alors le regard apeuré, tient dans ses mains l’objet du délit : un sandwich emballé.

Publicités