Barcamp, disco-soup, démocratie, participation, co-élaboration, ouverture, partage ou comment faire vraiment de la politique autrement…

Le 5 juin à la Cité des sciences s’est tenu le forum Changer d’ère avec pour ambition « dans le contexte actuel de crise et d’incertitude « comme l’affiche les organisateurs de « dégager des axes d’actions concrètes pour « changer d’ère ». »

Ce Forum a permis de mieux comprendre les bouleversements engendrés par la civilisation numérique et de mobiliser la société civile à un moment où les Français semblent prêts à s’engager pour faire « bouger les choses ».

Un forum qui entendait donc faire pour cela la promotion de toutes les formes innovantes d’animation, de rencontres, d’échanges, d’ateliers créatifs pour rompre avec les vieilles pratiques qui consistent à monopoliser les structures de pouvoir, l’information et à ne concevoir les modes d’action que sur le modes des instructions venant du haut vers le bas.

Le préfixe roi est celui de co-. Comme co-Révolution ou Co-tidien.

Co-élaboration, démarches collaboratives; co-créatives qui ont pour but de mettre fin à des pratiques, en fait déjà mortes, et en rien susceptibles de rassembler les énergies mais plutôt de dégoûter tout ceux qui au sein de toute organisation on pu constater l’inanité, la stérilité de la réunionnite ainsi que l’inefficacité des structures pyramidales.

World Café, Barcamp, Disco-soup, Coding party, Hackathon ou autres modes d’animations entendent favoriser des échanges plus dynamiques, plus ouverts, co-organisés, fondés sur le volontariat, l’intérêt, la motivation, le désir  plus enclin à produire de l’intelligence collective et de déboucher sur des actions que les modes opératoires classiques, oscillant entre autarcie intellectuelle et oligarchie consanguine.

Largement issues du monde de l’entreprise, de théoriciens, praticiens et sociologues des organisations, ces méthodes fructueuses et respectueuses de la diversité des approches devraient inspirer (pour leur plus grand bien!) les organisations politiques et en particulier (et surtout !) celles qui entendent faire de la politique autrement.

A défaut, le petit ronron organisationnel, l’entre-soi, la popote interne des partis continuera de décourager les plus vives envies de participer à la vie de la cité.

Laissons la parole à Patrick Viveret au cours de ce Forum sur l’exigence de transformation écologique, sociale, politique, spirituelle et morale et à Anne-Sophie Novel qui fait la promotion du bottom-up et de l’économie du partage des connaissances et des pratiques.

Publicités