Retour sur le conseil municipal du 25 avril. Réduire les fractures urbaines, restaurer un environnement et une qualité de vie : le combat pour l’enfouissement de l’autoroute A1

Après l’adoption commune d’un avis par le Comité consultatif Lamaze en janvier 2013 et le Comité consultatif ZAC Porte de Paris en février lors de leurs séances respectives et après plusieurs réunions communes, le conseil municipal du 25 avril a offert l’occasion à certains de ses membres de venir présenter le fruit de leur réflexions et de leurs travaux.

Lire l’avis téléchargeable Avis_adopté_par_les_CC_LAMAZE_et_ZAC_Porte_de_Paris-1.

Des réflexions et travaux qui traduisent les exigences des habitants des quartiers qui subissent les nuisances autoroutières de l’autoroute A1. Sur la ville cela représente près d’un tiers des habitants affectés par cette infrastructure routière ainsi les solutions préconisées sont à la hauteur de l’enjeu pour Saint-Denis, troisième commune de l’Ile-de-France en nombre d’habitants et pour le territoire, la ville de La Courneuve subissant elle aussi cette balafre urbaine.

La balafre [Carte A1]

Nuisances sonores qui se prolongent sur les bretelles d’accès et de sortie, polluants atmosphériques divers, particules fines cancérogènes, dont les seuils admissibles sont en dépassement près de 200 jours dans l’année, c’est dire la légitimité de réparer ces injustices.

Au moment ou le Contrat de Développement Territorial signé avec l’État va assigner un rôle majeur à notre territoire dans l’espace francilien et pour l’avenir de la métropole, il faut trouver les moyens de traiter ces questions majeures de santé publique et de réparation du tissu urbain.

Tout cela ne sera pas fait en un jour et bien plus encore mais il est impératif de tracer une direction, un objectif : l’enfouissement de l’autoroute A1. Toutes les grandes métropoles sont confrontées aux infrastructures dédiées au tout voiture qu’il faut maintenant réparer.

Comme il est indispensable de traiter dans un calendrier plus court le toboggan Lamaze et la continuité de l’avenue du même nom, l’avenue Marcel Cachin et l’avenue Lénine qu’empruntent chaque jour plus de 52 000 véhicules en boulevard urbain afin d’apaiser significativement la circulation qui affecte toute cette partie de ville.

Vous trouverez ici [enfouissement_A1] le document présenté par les membres des Comités consultatifs Lamaze et ZAC Porte de Paris lors du conseil municipal.

Publicités