Amnistie sociale. Le Sénat avait dit oui. Le gouvernement dit non. « L’amnistie sociale ne va pas dans le bon sens » renchérit, le député de la Seine-Saint-Denis et président du groupe socialiste, Bruno Le Roux.

« C’est un acte de très grande justice qui honore la République », déclarait la ministre de la Justice, Christiane Taubira, à l’issue du vote au Sénat sur l’amnistie sociale.

Aujourd’hui le gouvernement désavoue la majorité sénatoriale.

Pourtant la proposition de loi avait  été largement amendée par les socialistes entraînant une grande restriction de son champ d’application.

Ainsi les faits commis au cours de mouvements liés à l’éducation, à la santé, à l’environnement, aux droits des migrants ou « les dégradations volontaires ayant pour conséquence de nuire au bon déroulement de travaux scientifiques ou de recherche » avaient été exclus du champ d’application de la loi.

Merci pour les nombreux militants du Réseau Education Sans Frontières, les défenseurs de l’environnement, les faucheurs d’essais d’OGM en plein champ !

Aujourd’hui le gouvernement, par la voix du ministre des relations avec le parlement et le président du groupe socialiste enterre la loi d’amnistie. « L’amnistie sociale ne va pas dans le bon sens » déclare ainsi Bruno Le Roux.

Les syndicalistes, le monde du travail, les sénateurs apprécieront.

Pour prendre toute la mesure du choix gouvernemental voir ici de dangereux délinquants qui menacent la République car comme le dit Laurence Parisot :  » La logique de l’amnistie est héritée de la monarchie. Rappelons que nous sommes en république ».

A cette occasion Laurence Parisot avait souhaité que l’Assemblée nationale n’entérine pas le vote du Sénat.

Son vœu est exaucé.

« 

Publicités