La crise, la fraude, la misère, la morale. Le compte en Suisse de Jérôme Cahuzac : un arbre de 600 000 euros qui cache la forêt des 80 milliards de fraude fiscale en France.

Donnons encore la parole à Gérard Filoche comme nous lui avions donné sur l’accord national interprofessionnel.

Pascal Durand, secrétaire national d’Europe Ecologie-les Verts, réagit aux aveux de Jérôme Cahuzac.

Article paru dans Libération.

Comment réagissez-vous à cette mise en examen?

C’est dramatique. Un mensonge d’Etat. C’est inimaginable de pouvoir mentir à ce point et faire autant de mal à la parole publique, qui est en train de se dégrader. Dès février, le jour même où le Journal du dimanche publiait son dossier censé innocenter Jérôme Cahuzac, j’avais expliqué que ce n’était pas à l’administration de mener une enquête sur son propre ministre.

Cela pose-t-il question à Europe Ecologie-Les Verts de continuer à participer à ce gouvernement?

Nous n’avons pas attendu l’affaire Cahuzac pour dénoncer les conflits d’intérêts et les compromissions. Nous sommes assez peu concernés par les arrangements entre amis. Mais il se pose de nouveau la question d’une démocratie réformée, avec une justice indépendante et une presse libre. La République au sens de res publica, la chose publique, a une signification très importante et on est en train de la perdre…

Demandez-vous au chef de l’Etat de prendre des mesures?

Je demande à François Hollande de répondre aux informations duCanard Enchaîné. Le ministère de l’Intérieur et l’Elysée étaient-ils au courant depuis décembre que Jérôme Cahuzac avait un compte à l’étranger? C’est très important de savoir ! Le gouvernement doit aussi rappeler le principe d’une presse libre de porter des informations à la connaissance du public sans se faire ni insulter, ni poursuivre en justice.

Publicités