Jeffrey Lee, l’homme qui a dit non à Areva

« J’ai dit non aux mines d’uranium à Koongarra, car je crois que la terre et les croyances propres à ma culture sont plus importantes que l’exploitation minière et l’argent. L’argent va et vient, mais la terre est toujours là, subsiste toujours si nous nous en occupons, et s’occupera toujours de nous. »

Jeffrey lee

Ainsi s’est exprimé Jeffrey Lee, aborigène d’Australie qui a ainsi renoncé à devenir « l’homme le plus riche d’Australie »  s’il avait accepté les offres d’Areva pour disposer de ses terres qui recèlent de l’uranium.  «J’ai un travail. Je peux acheter de la nourriture, je peux aller pêcher et chasser».  L’offre d’Areva a ainsi été déclinée.

Lire ici toute l’histoire de cette belle résistance aux mirages de l’argent et de la fidélité à la culture d’un peuple..

Publicités