C’est instructif d’écouter ce que disent les patrons. Le conseil aux Français de Denis Kessler, ancien vice-président du Medef pour les années qui viennent : « Mettez-vous au Prozac »

On nous promettait la fin du monde pour le 21 décembre. On nous promet la sortie de crise pour 2014.

C’est le message qu’a souhaité délivrer le président de la République au soir du 31 décembre.

Ni fin du monde ni sortie de crise en 2014. François Hollande n’a en tout cas pas convaincu plus de 63 % des Français.

L’exercice était impossible sans changement de cap. Des indicateurs tous passés au rouge, un crédit d’impôts de 20 milliards aux entreprises sans aucune garantie de contrepartie d’embauche ou d’investissement, des augmentations qui touchent à la vie quotidienne (transports, énergie, courrier), un Smic augmentant de 3 centimes, rien n’était au rendez-vous pour donner quelque raison d’espérer à ceux qui en mai dernier avaient choisi le bulletin de vote Hollande.

Les négociations sur le marché du travail vont se conclure sans un accord entre ce qu’il est convenu d’appeler les   partenaires sociaux. Le gouvernement devra prendre ses responsabilités. Quelle indication là encore sera-t-elle donnée ?

On peut nourrir les plus grandes craintes. Lors de ses vœux, François Hollande ne s’est-il pas exprimé en mettant sur le même plan employeurs et travailleurs qui seraient taraudés par le même sentiment. La peur.

Relisons ses propos :  » Conjurer une double peur. La peur du licenciement pour les travailleurs, la peur de l’embauche pour les employeurs ».

On dirait du Laurence Parisot, vous ne trouvez pas ?

Parlant de peur, il ne faudrait pas en plus que le gouvernement recule devant la pression que souhaitent exercer ceux qui battront le pavé le 13 janvier pour s’opposer au mariage pour tous. Un recul à l’image de la capitulation de 1984 face aux partisans de l’école privée serait mortifère.

Alors, voulez-vous savoir à quelle sauce nous allons être mangés dans les années qui viennent, comment va être conjuré la « double peur  » ?

Ca fout vraiment la trouille d’avoir une double peur à affronter quand même.

La peur n’évitant pas le danger, on vous présente nos meilleurs vœux de résistance et de combats écologistes pour les années qui viennent.

Allez, prenez 17 minutes, qu’est ce que 17 minutes pour savoir ce qu’il en sera ces prochaines années… à moins que…  Oui à moins que ! A nous tous de construire un autre scénario !

Publicités