« Faut-il mourir pour avoir des papiers ? » Paris, place de la République, le 5 janvier à 15h, avec EELV pour la régularisation des sans-papiers

Les pitreries de Gérard Depardieu, aujourd’hui homme d’affaire sans scrupules ou de Brigitte Bardot ne sauraient faire oublier la situation dramatique d’hommes et de femmes qui ne peuvent menacer de rejoindre la patrie de Poutine. Ils demandent juste à être dotés de papiers pour exercer leurs droits et tout simplement vivre en sécurité dans le pays dans lequel ils vivent, travaillent, aiment leur conjoint, accompagnent leurs enfants à l’école et partagent les difficultés de ceux qui se lèvent tôt.

Combat de raison contre les expulsions. régularisations contre discriminations, ce combat pour la dignité devrait être celui de toute la gauche. Il est le nôtre.

Le triste sort qu’a connu un jeune pakistanais illustre bien l’ignominie de la situation. Expulsion rime ici avec trahison.

Communiqué d’Europe-Écologie-Les Verts

Le 2 novembre 2012, à Lille, quelques 125 personnes sans-papiers ont entamé une grève de la faim afin de protester contre l’attitude de la préfecture du Nord qui refusait toute demande de régularisation et multipliait les arrestations. Deux mois plus tard, une cinquantaine de personnes sont encore en grève de la faim et mettent ainsi leur vie en danger, risquant d’ores et déjà des séquelles irréversibles sur leur santé.

Le 31 décembre, l’ambassade du Vatican à Paris a été occupée quelques heures par plusieurs dizaines de militants en soutien aux sans-papiers lillois avant d’être délogés par les forces de l’ordre. Ce jeudi 3 janvier, c’est le siège du Parti socialiste rue de Solferino à Paris qui a été occupé par des militants, de même que la mairie de Lille, en solidarité avec les grévistes.

Mais la préfecture du Nord et le Ministère de l’Intérieur continuent d’opposer une fin de non-recevoir à la revendication de régularisation de ces hommes et femmes qui ne s’alimentent plus depuis maintenant 63 jours. Le 31 décembre, deux des grévistes ont même été expulsés vers l’Algérie alors qu’ils en étaient à leur 59ème jour de jeûne, tant et si bien que l’un d’entre eux a du être hospitalisé d’urgence dès son arrivée à Alger.

Pour Europe Ecologie Les Verts, cette situation dramatique ne peut plus durer. EELV demande au gouvernement de trouver d’urgence une solution respectueuse des droits et de la dignité de ces personnes qui ne demandent que la régularisation de leur situation administrative. Il est inacceptable que des êtres humains, dont des femmes avec des enfants en bas âge, risquent ainsi leur vie et se voient opposer une fin de non recevoir et des mesures d’expulsion, dans la droite ligne du quinquennat Sarkozy.

François Hollande, durant la campagne présidentielle, bien qu’ayant refusé toute mesure de régularisation massive, avait pourtant promis de réparer les dégâts causés par la politique de son prédécesseur. Il semble aujourd’hui que, malgré le changement de majorité, les sans-papiers en France continuent d’être les instruments d’une volonté d’un affichage politique de fermeté, plutôt que du respect des droits humains.

EELV considère que la régularisation des sans-papiers est bénéfique pour les travailleurs migrants, mais aussi pour notre société et pour les pays d’origine. EELV soutient les revendications des grévistes de la faim et appelle à manifester le samedi 5 janvier à 15h à Lille et Paris, place de la République.

Elise LOWY, Porte-parole d’Europe-Écologie-Les Verts

Publicités