Au Sénat, les radicaux dit « de gauche » avec la droite contre la levée des mesures transitoires restreignant l’accès des Roms, ressortissants bulgares et roumains, à l’emploi

Le débat sur la levée immédiate des mesures transitoires restreignant l’accès au marché du travail pour les Roms vivant en France, à travers le vote d’une résolution déposée par la sénatrice EE-LV de Seine-Saint-Denis, Aline Archimbaud, a permis de lever les ambiguités.

Pourtant essentiel pour ces populations, le débat s’est déroulé devant une poignée de parlementaires présents. (348 sénateurs forment la Haute Assemblée).

Fin août, le gouvernement a adopté une circulaire facilitant l’accès au travail pour les Roms, avec deux mesures: la suppression d’une taxe élevée que les employeurs devaient jusqu’ici verser à l’Office français de l’immigration et de l’intégration; et l’élargissement de la liste des métiers accessibles aux Roms, qui passent ainsi de 250 à 291 selon l’arrêté pris dimanche 14 octobre.

Encore une fois, plutôt que de soucier de l’accès au droit commun, ciment de la République, la droite, le centre et l’attitude des radicaux dit « de gauche » auront eu raison d’une proposition qui avait le mérite d’incarner un vœu, un espoir, peu à peu enterré d’un « changement pour maintenant » et l’ambition d’échapper aux clichés.

La tribune de Cécile Duflot, la position d’Europe Ecologie-Les Verts, la politique menée par la ville de Saint-Denis et Plaine Commune reste d’une digne actualité.

Communiqué d’Aline Archimbaud, sénatrice de Seine-Saint-Denis,

Après l’occasion manquée au Sénat, une majorité fragilisée

La proposition de résolution du groupe écologiste demandant la levée des mesures transitoires pour les ressortissants roumains et bulgares a été rejetée aujourd’hui au Sénat, bien que les voix des écologistes, socialistes et communistes se soient faites entendre en sa faveur et que Alain Vidalies, ministre des relations avec le Parlement, soit intervenu de manière positive dans ce débat.

Le groupe écologiste dénonce les propos tenus dans l’hémicycle par la droite et le centre, preuve s’il en était besoin que les préjugés et les amalgames les plus scandaleux sont au cœur de leurs visions, positions qui enveniment le débat quand l’apaisement est urgent.

Aline Archimbaud, secrétaire de la commission des affaires sociales et auteure de la résolution, rappelle que cette proposition de résolution soutenait les arbitrages formulés par le Premier ministre fin août.

En l’état, cette résolution, essentielle dans la résolution des difficultés que connaissent les Roms aujourd’hui en France, n’a pu être adoptée en raison de l’absence de soutien des voix du groupe RDSE (composé à majorité de radicaux de gauche). Après l’adoption d’un amendement avec la droite mardi dernier pour repousser l’interdiction du Bisphénol A au 1er juillet 2015, ce vote est un nouveau coup de canif dans le contrat de la majorité de la part d’un groupe qui semble davantage préoccupé par le cumul des mandats que par les questions de société. Le RDSE, déclaré comme faisant partie de la majorité présidentielle, est plus que jamais dans une position ambiguë et se doit de la clarifier.

Le groupe écologiste du Sénat regrette cette position de la Haute Assemblée et estime que c’est une occasion manquée pour le Sénat d’améliorer d’urgence la situation des Roms en France. Pour autant, cela n’enterre aucunement le débat. La situation actuelle des Roms nécessite pour des raisons sanitaires, de sécurité, d’accès à l’emploi, la levée des mesures transitoires. Les événements de Marseille en particulier montrent qu’il y a urgence à faire preuve de ce courage politique.

Voir ici les membres du groupe RDSE, apprécions la représentativité des élus, à l’image de la société française, mixité et diversité sont à l’honneur. Notons aussi qu’ils sont des représentants de territoires particulièrement au fait de ces questions et donc tout à fait prédisposés à défendre des positions constructives pour à sortir d’une spirale de l’échec fondé sur le couple discriminations et expulsions pour les populations Roms.

Publicités