40 postes menacés par des coupes budgétaires au centre hospitalier de Saint-Denis. Quel avenir pour votre santé ? Pétition et rassemblement. Les personnels, les syndicats et la municipalité mobilisés.

Le Centre Hospitalier de Saint Denis est frappé par 2,8 millions d’euros de coupes budgétaires supplémentaires décidées l’Agence Régionale de Santé (ARS).

Résultat 40 suppressions de postes sont envisagées par la direction pour arriver à un équilibre budgétaire.

Le Centre Hospitalier de Saint Denis est l’hôpital le plus durement pénalisé par l’Agence Régionale de Santé dans toute l’Ile de France, alors qu’il assume déjà seul le financement des trois-quarts de sa reconstruction et de sa modernisation.

C’est inacceptable alors que le Centre Hospitalier de Saint Denis ne cesse de développer son activité au service de la population et que la plupart des services travaillent déjà en sous-effectif chronique.

Ces coupes se rajoutent aux baisses de moyens amenées par la réforme de l’Aide Médicale d’Etat en 2011 alors que le nombre des patients les plus précaires a augmenté de plus de 20 % en  trois ans.

LA QUALITÉ DES SOINS DISPENSÉS EST MENACÉE

Monsieur le Directeur Général de l’Agence Régionale de Santé :

– Nous refusons que l’hôpital public soit encore affaibli.
– Nous vous demandons de revenir sur les amputations de crédits infligées à notre hôpital.
– Il faut débloquer les financements nécessaires au fonctionnement de l’hôpital pour qu’il reste au service de tous 

Réduira-t-on les inégalités sociales et territoriales de santé en affaiblissant les hôpitaux les plus engagés pour l’accès aux soins de tous ?

IL EN VA DE LA SANTÉ DE TOUTES ET TOUS !!!

Signez ici la pétition.

Premiers signataires : Didier Paillard maire de Saint-Denis, Virginie le Torrec, maire-adjointe à la santé, intersyndicale du CHSD (CGT, CFDT, FO, SUD), Collectif santé de Saint-Denis…

Le communiqué de la municipalité :

Malgré une première avancée, la Ville poursuit sa mobilisation pour l’hôpital

Le centre hospitalier de Saint-Denis (CHSD) vit une année budgétaire très difficile avec une diminution importante de ses ressources de 2,8 millions d’euros en 2012. Le maintien de cette situation aurait notamment pour incidence la suppression de 40 postes et en fait de loin l’hôpital d’Ile de France le plus pénalisé aujourd’hui.

Suite au mouvement de l’Intersyndicale de l’hôpital, le 15 juin dernier, et à l’intervention de Didier Paillard, maire et président du conseil de surveillance du CHSD, auprès de la ministre de la santé, Marisol Touraine, l’ARS vient d’annoncer le dégel de 950 000 € pour l’hôpital  public. « C’est une première avancée, mais le compte n’y est pas », affirme Didier Paillard.

Celui-ci participera au rassemblement de l’intersyndicale du centre hospitalier (CGT, FO, Sud, CFDT) devant les locaux de l’ARS le jeudi 28 juin à 10 heures. « J’invite les usagers à se joindre à nous car ces coupes budgétaires, si elles ne sont pas rectifiées, nuiront à la bonne prise en charge des Dionysiens qui viennent se faire soigner. J’ai demandé à la ministre de la santé  qu’elle convoque un collectif budgétaire afin que l’ARS revoie à la hausse les crédits affectés à l’hôpital notamment concernant les besoins d’investissement ».

Claude Evin, Directeur général de l’ARS, s’est par ailleurs engagé à saisir la Direction générale de l’Offre de soins (DGOS) du ministère afin que la perte subie en 2012 de 600 000 euros, au titre de la compensation de l’Aide médicale gratuite (AME) et de la Mission d’intérêt général Précarité, soit révisée.

« Nous ne pouvons pas accepter une telle situation, reprend Didier Paillard, car notre hôpital public ne cesse de développer son activité au service de la population. On ne peut pas réduire les inégalités sociales et territoriales de santé en affaiblissant les hôpitaux les plus engagés auprès des publics les plus précaires. Aussi, j’appelle les Dionysiens à signer la pétition que la municipalité lance conjointement avec le Centre hospitalier de Saint-Denis. Il en va de la santé de tous ». 

Publicités