J moins 7. François Hollande versus Nicolas (Buisson) Sarkozy, la droite extrême en embuscade

Nous l’écrivions dans le post du 10 février intitulé Travail, famille, xénophobie… et nucléaire, Sarkozy esquivant tout débat sur son bilan n’avait plus selon notre analyse qu’une seule issue : la fuite en avant.

Si le personnage est capable de tout, ce que nous savons tous depuis longtemps, personne n’imaginait qu’il irait aussi loin dans les rapprochements, références et déclarations allant jusqu’à reprendre des propositions issues du programme de Marine Le Pen, entre autres la présomption de légitime défense pour la police qualifiée par Claude Guéant en janvier 2012 de  » permis de tirer «  ajoutant  » Ce n’est pas possible ».

Et bien si.

Une fuite en avant qui correspond bien à l’imaginaire et références politiques de son conseiller en la matière, Patrick Buisson. Organisateur des thèmes de sa campagne de 2007, il s’agit en 2012 d’aller plus loin encore, le credo constant de Patrick Buisson étant celui du nécessaire et légitime regroupement de toutes les droites  estimant depuis longtemps que : « Le Pen, le RPR et le PR, c’est la droite. Souvent, c’est une feuille de papier à cigarettes qui sépare les électeurs des uns ou des autres ».

« Il a donné à Nicolas Sarkozy le code, les mots qu’il faut employer pour séduire les électeurs du FN », confiait à L’Express Jean-Marie Le Pen, parlant de Buisson comme d’un « ami ».

C’était après la victoire de 2007.

2012. Défaite de Sarkozy ? Dans tous les cas, victoire de Buisson, le conseiller qui poursuit son credo. Son CV est éloquent. Il devrait pouvoir se passer de Pôle Emploi.

Cœur de métier : l’extrême-droite.

Publicités