Sauver les abeilles c’est préserver la vie. Disons stop aux pesticides, stop à Bayer ! Signez la pétition, rejoignez La banque du miel et découvrez à Saint-Denis Zone sensible, la maison qui pollinise la ville

Sans un bruit, des milliards d’abeilles sont en train de mourir, ce qui menace nos cultures et notre alimentation. Mais si Bayer stoppe la vente d’une catégorie de pesticides, nous pourrons éviter l’extinction des abeilles.

Suite à l’interdiction de ces poisons par quatre pays européens, plusieurs populations d’abeilles sont déjà en recrudescence. Mais Bayer, le plus grand producteur de néonicotinoïdes, a exercé de fortes pressions pour maintenir ces pesticides sur le marché. L’immense mobilisation mondiale menée par Avaaz et d’autres organisations les a obligés à se pencher sur ce problème, et dans 24 heures, les actionnaires de Bayer voteront une motion qui pourrait mettre fin à ces produits chimiques toxiques. Agissons tous maintenant pour demander aux actionnaires d’arrêter de tuer les abeilles.

La pression marche, et c’est notre meilleur moyen de sauver les abeilles. Signez la pétition urgente et essaimez-la sur le web — allons jusqu’à 500 000 signatures pour remettre notre appel aux actionnaires de Bayer demain en Allemagne!

C’est ici pour signer la pétition. Signez la pétition urgente adressée aux actionnaires de Bayer, et faites suivre à tous vos proches et amis en copiant ce lien.

Les abeilles ne font pas que du miel, elles sont indispensables à la vie sur Terre car elles pollinisent chaque année 80% des plantes et des cultures, pour un bénéfice estimé à plus de 30 milliards d’euros, soit plus du tiers de l’approvisionnement en nourriture de nombreux pays. Sans action immédiate pour sauvegarder les abeilles, la plupart de nos fruits, légumes et noix préférés pourraient disparaître de nos assiettes.

Ces dernières années ont été marquées par un profond et inquiétant déclin mondial des populations d’abeilles — certaines espèces d’abeilles sont maintenant éteintes et, aux États-Unis, plusieurs espèces ne comptent plus que 4% de leur population d’origine. Les scientifiques avancent plusieurs explications. Certaines études indiquent que le déclin est dû à une combinaison de facteurs incluant maladie, perte de l’habitat, et produits chimiques toxiques. Mais de plus en plus de recherches indépendantes mettent en avant des preuves solides condamnant les pesticides de la catégorie des néonicotinoïdes. La France, l’Italie, la Slovénie et même l’Allemagne, où est basé le principal fabricant Bayer, ont interdit un de ces pesticides mortels pour les abeilles. Mais Bayer continue d’exporter ce poison dans le monde.

La question devient brûlante car de nouvelles études majeures ont confirmé l’étendue du problème. Si nous persuadons les actionnaires de Bayer d’agir, nous pourrons entraver définitivement son lobbying auprès des décideurs et des scientifiques. Les vrais experts — les apiculteurs et les agriculteurs — demandent l’interdiction de ces pesticides mortels jusqu’à ce que de solides études indépendantes prouvent qu’ils sont sans danger. Soutenons-les dès à présent.

Nous ne pouvons plus laisser notre fragile chaîne alimentaire aux mains d’une recherche contrôlée par les grands groupes de chimie et les organes de régulation que ces industriels soudoient. Bannir ce pesticide nous rapprochera d’un monde plus sûr pour nous-mêmes et pour les autres espèces que nous aimons et dont nous dépendons.

Avec espoir,

Alice, Antonia, Mia, Luis, Ricken, Stephanie, Pascal, Iain, Ari et toute l’équipe d’Avaaz

Découvrez et rejoignez la Banque du miel. Et autour des abeilles à Saint-Denis découvrez Zone sensible.

Publicités